Accueil    │    Qui sommes-nous ?    │    Les études    │   Patrimoine au fil de l'Orbe 2010
 
 

 

MAXIMILIEN BOVEY

Ecologie de la Broye
bilan et projets pour Palézieux

 

Maximilien Bovey est diplômé HES en Gestion de la nature. Après avoir effectué deux mandats dans le domaine de la protection de la nature, l’un à la karch et l’autre au Bureau de la Protection de la nature et du paysage du canton de Fribourg, il s’est tourné vers le cours de la rivière de la Broye pour son travail d’étude à Eau 21. Voici un résumé de ses investigations :

S'il touche peu le canton de Fribourg, ce cours d'eau est en revanche un élément important du patrimoine vaudois. Il draine la fameuse Plaine de la Broye qui a vu se développer les villes d'Oron, de Moudon, Lucens et Payerne. La Broye est fortement endiguée dans son cours inférieur et soumise à des apports considérables d’éléments nutritifs issus de l’utilisation agricole intensive des terrains riverains. Elle présente un faible intérêt écologique dans sa partie aval. Par contre, son potentiel de revitalisation est important, mais les obstacles pour y arriver, à grande échelle, sont nombreux (financement, réticence de la population locale, etc.).
La Broye sourd en terre fribourgeoise en amont de Semsales, dans le massif préalpin des Alpettes (1413 m). Elle se jette dans le lac de Morat à Bellerive – Salavaux (VD) après un parcours de 67 km. Son bassin-versant totalise une surface de 598 km2 et peut être découpé en deux parties distinctes. La partie en amont, entre Semsales et Moudon, est plus pentue et a conservé un lit assez naturel. Une fois arrivée à la frontière entre les cantons de Fribourg et Vaud (Ecublens – Vulliens), la Broye perd alors son côté naturel aux dépens d’un tracé fortement corrigé où de nombreux endiguements ont été exécutés entre 1878 et 1948 afin de lutter contre les crues et prévenir les risques d’inondation. La zone de l’embouchure est caractérisée par des dépôts de sable fin, propice à une végétation aquatique.

Géologiquement, la Broye serpente sur un fond molassique, parfois affleurant.

Comme beaucoup de cours d’eau suisses, la Broye a été, sous la pression de l'agriculture, fortement canalisée, rectifiée et endiguée au cours des deux derniers siècles. Elle ne parvient plus à remplir ses fonctions naturelles. Une renaturation du cours d’eau s’avère nécessaire, laquelle augmentera la qualité écologique du cours d’eau et résoudra les problèmes actuels, tout en gardant les améliorations obtenues par les interventions historiques. La gestion du cours d’eau est rendue difficile par la délimitation arbitraire des limites cantonales entre Vaud et Fribourg, qui tantôt englobent une rive, tantôt les deux ; la Broye est littéralement morcelée par ces deux cantons. Même si la collaboration est fructueuse, les différences de bases légales et administratives ralentissent les processus d’aménagement et de gestion des eaux.

La Haute-Broye sauvage

Le lit et les berges des cours d’eau appartiennent au domaine public (DP) des eaux, dont les seuls propriétaires sont respectivement les cantons de Vaud et Fribourg. Les communes peuvent d'ailleurs être assez souvent propriétaires des terrains riverains.
Une étude historique remontant jusqu’au début du siècle passé, complétée par des relevés de terrain datant de 1988, a permis de reconstituer le lit de l’Ancienne Broye, partiellement abandonné aujourd’hui. Pour lutter contre les inondations, des rivières comme la Broye ont ainsi été progressivement endiguées et corrigées selon le principe d’une évacuation intégrale des crues. Aujourd’hui, on n’observe pas d’inondation à proprement parler, le gabarit hydraulique s’avérant jusqu'à présent suffisant. En général, la Broye, considérée comme un axe principal d'évacuation de crues, possède une grande capacité d'écoulement, même pour l'évacuation de la crue centennale. En outre, la Broye alimente le système des trois lacs jurassiens où elle n’est qu’un affluent mineur comparé à l’Aar qui domine ce système.

Toutefois, le risque d’inondations n’est pas complètement éliminé. Les secteurs qui restent potentiellement à risque au niveau des débordements concernent les localités de Lucens et Payerne, d'après Petersdorff (2002), un entretien régulier de la végétation des berges reste impératif pour garantir la capacité d'écoulement.

« Outre les différents travaux de correction évoqués, Maximilien Bovey nous parle également dans sa brochure de différents projets et études élaborés dans le cadre de la protection contre les crues ainsi que de l’élaboration des îles de Villeneuve dans le canton de Fribourg. »
La moyenne de la température de la Broye s'élève à 10.6°C, avec un minimum autour de 0°C et des valeurs de pointe atteignant 27°C lors de la canicule estivale de 2003. Dans le cours inférieur de la rivière, lors d'étés chauds, les températures dépassent ainsi les valeurs acceptables pour les salmonidés (truite de rivière et ombre).

La Plaine de la Broye fait partie des zones agricoles de Suisse avec les plus hautes teneurs en nitrates et en pesticides dans la nappe phréatique.

Les hautes valeurs de conductivité tournant autour de 500
mS/cm comme les valeurs pour le carbone organique dissous (COD) laissent supposer que de nombreuses substances issues de l'utilisation agricole de terres riveraines arrivent à l'eau. Des drainages agricoles sont du reste remis à l’enquête. La valeur-limite pour le COD d'après l'Ordonnance sur la Protection des eaux (OEaux) de 4 mg/l est chaque année dépassée plusieurs fois. Concernant l'azote – nitrates, ammonium, nitrites – les normes fédérales selon l'OEaux sont plusieurs fois dépassées pour l'ammonium et surtout les nitrites.
Des cas de pollution ponctuelle au mazout nous ont été signalés par les communes de Palézieux et d'Avenches. Près de l'embouchure de la Broye, au courant alors très lent, l'eau montre des signes d'eutrophisation : algues filamenteuses, couleur brunâtre, turbidité. Il faut également noter que les STEP rejettent dans la Broye comme ailleurs des éléments polluants (médicaments, hormones issues de pilules contraceptives, …) aux effets pervers et peu visibles d’emblée sur la faune piscicole.
Aujourd'hui on retrouve néanmoins sur une bonne partie du cours de la Broye des dépôts de diatomée (algue microscopique munie d'une enveloppe siliceuse), source de nourriture minimale à nouveau disponible pour le nase. Quant au cours amont, la qualité de l'eau est bonne à très bonne d'après les données du SESA.
Pour ce qui est de la flore, dès Moudon, la forêt riveraine est le plus souvent d’une grande pauvreté botanique et structurale, quand elle n'est pas complètement absente. Les berges étant stabilisées en dur sur une grande partie du cours, d'où un mauvais contact entre les milieux aquatiques et terrestres, la flore présente peu d'intérêt au niveau écologique et structurel. Toutefois, on peut signaler la présence d'orchidées (protégées par la loi) en sommet de berge au niveau de la commune de Lucens. Les ligneux existent exclusivement sous la forme de plantations linéaires d’essences souvent atypiques (peuplier d’Italie). A noter cependant que les rives fribourgeoises en aval de Moudon, moins cultivées, ont souvent un véritable couvert boisé. On observe d’ailleurs un contraste saisissant lorsque l’une et l’autre rive appartiennent respectivement à Vaud et à Fribourg, notamment le secteur Henniez/Villeneuve.
Le cours amont, au régime torrentiel puis semi-torrentiel, est en revanche très boisé, marqué successivement par des pessières (sources à Semsales), des hêtraies-sapinières, puis des hêtraies. L'embouchure est marquée par des roselières intéressantes surtout du point de vue ornithologique. En revanche, la Broye abrite à ce niveau quelques groupements de nénuphar jaune (Nufar lutea), espèce protégée. A noter également quelques éléments de forêt alluviale.

Dès Moudon, on peut constater la présence, souvent massive, de plantes exotiques envahissantes (néophytes) : solidage du Canada, renouée du Japon et surtout impatiente glanduleuse. Ces plantes venues d'ailleurs figurent sur une liste noire de la Commission suisse pour la protection des plantes sauvages (CPS). Il n’est pas envisagé de prendre des mesures pour l’instant. Introduite de l’Himalaya comme plante ornementale, l'impatiente glanduleuse se naturalise facilement et forme des populations denses et étendues. Elle élimine, du moins partiellement, la végétation indigène. Sur la Broye fribourgeoise, aucune stratégie de lutte contre les néophytes n’est établie pour l’instant, une répartition des tâches restant à faire entre les différents services concernés par le problème.

Villeneuve (FR) rive gauche, Henniez (VD) rive droite

Sur la faune piscicole on peut dire qu’autrefois, la Broye abritait une importante population de nases, espèce fortement menacée au niveau suisse. Depuis l'importante pollution chimique survenue en 1960 à Lucens, la population de nases n’a plus retrouvé ses effectifs d’antan. Dans les années 1990, des tentatives de repeuplement, menées conjointement par les Services de la faune des cantons de Vaud et de Fribourg, ont été organisées à l’aide de poissons provenant de la Sarine, malheureusement sans succès. Actuellement les causes exactes de ces échecs n’ont pas encore pu être démontrées, mais les réflexions s’orientent vers des problèmes liés aux matières en suspension provenant des drainages de l’agriculture. Leur taux serait trop élevé ce qui causerait l’asphyxie des œufs lors de l’incubation (Maillet, 2005). De ce fait, les populations sont présentes uniquement sous forme d’individus incapables de se reproduire naturellement et tendent donc à disparaître. Le bureau WFN remet cette question d'actualité.
L’ensemble des espèces de la Broye est relativement bien compilé dans la base de données du Centre Suisse de Cartographie de la faune (CSCF). Entre 1964 et 2000, vingt-neuf inventaires ont été répertoriés avec un total de vingt-trois espèces relevées sur le tronçon Avenches – Moudon. Ces dix dernières années (1991 – 2000), on relève d’aval en amont dix-sept, quatorze et neuf espèces.

En ce qui concerne les mammifères,
l’espèce la plus emblématique de la Broye est sans conteste le castor, également présent sur l'Arbogne. Des lâchers de castors ont été effectués sur le cours de la Broye en 1972 et en 1975. Des plantations et quelques aménagements ponctuels des rives peuvent être effectués afin d’augmenter la population des castors. A ce sujet, des plantations de saules ont été réalisées sur territoire fribourgeois lors de la revitalisation de la zone alluviale. Un suivi de la population est effectué jusqu'en 2008. Pour le moment, il a été constaté qu'une part des saules plantés sur des berges broyardes a déjà été grugée par le castor.
La Broye n'est pas un cours d'eau très prisé par le tourisme, représenté essentiellement par les promeneurs, les cyclistes et les cavaliers. La Haute-Broye, bien que naturelle et attrayante, est peu fréquentée, si ce n'est par les pêcheurs. La zone la plus attractive, dans le secteur Maracon – Remaufens, n'est pour ainsi dire pas aménagée pour le tourisme pédestre, qui lui préfère vraisemblablement des sites proches comme le lac de Lussy (FR).
La berge fribourgeoise de Villeneuve à Fétigny est boisée et se prête à la promenade plutôt qu’au cyclisme. Celui-ci est surtout pratiqué sur les tronçons asphaltés de l'aval. Regula Binggeli, collaboratrice scientifique au Bureau de la protection de la nature du canton de Fribourg, remarque que dans la zone revitalisée de Villeneuve les promeneurs et pique-niqueurs sont beaucoup plus nombreux qu’avant les travaux de protection contre les crues et de revitalisation, signe que le cours d'eau est devenu plus attractif dans ce secteur.

La baignade peut se pratiquer surtout dans des mouilles entre Maracon et Ecublens (FR) où l'eau s'avère satisfaisante en qualité et en quantité. Quant à la navigation, elle est possible à partir du pont de Bellerive-Salavaux, soit environ 1 km avant l'embouchure dans le lac de Morat.


Afin de connaître leurs attentes, des questionnaires ont été soumis à l’ensemble des trente-cinq communes riveraines de la Broye. Quinze ont répondu, soit près de la moitié, certaines manifestant de l’intérêt pour notre démarche. Plusieurs communes ont usé quelque peu de la langue de bois, quand elles ne répondent pas avec légèreté, des communes du cours inférieur affirmant que la qualité de l'eau ou des berges de la Broye sont bonnes alors que des analyses détaillées le démentent. Il est même frappant de constater l’ignorance de plusieurs interlocuteurs quant aux responsabilités respectives des différentes instances administratives. La commune de Moudon, parmi les plus importantes de la Plaine de la Broye, a refusé d'entrer en matière, "faute d'intérêt". De même pour les grandes communes de Payerne et Lucens. Sur les huit communes de la Basse-Broye ayant participé à notre questionnaire, seule la commune de Domdidier souhaiterait une amélioration des milieux riverains (reboisement).

La Basse-Broye navigable vers Bellerive-Salavaux

La commune de Palézieux est celle qui a montré le plus d’enthousiasme et de sincérité à répondre à notre questionnaire. Après soumission du questionnaire à la commune de Palézieux et discussion avec les municipaux Christian Bays et Sylvain Dovat, plusieurs éléments à retenir sont apparus :

  • La commune s’occupe de l’entretien des berges.

  • Les débits sont très faibles à l’étiage estival, par contre énormes en cas de pluie (crues rapides et violentes). La raison principale est la présence de quelques affluents (Mionne, Biorde), et surtout l’infiltration à l’amont insuffisante : « tout à l'eau claire ». Un bassin de rétention (seul le trop-plein irait à la rivière) serait une solution à étudier, sans quoi une crue violente pourrait détruire des frayères.

  • Un affaissement potentiel de berges au niveau du stand. Il présente peu de risques, le bâtiment de tir étant situé assez en retrait par rapport à la berge.

  • Les structures d’accueil pour le public devraient être améliorées : la liaison Golette – Condémine remontant jusqu'à la gare pour relier Palézieux-Village et Palézieux-Gare ; le sentier étroit de la "Plage" de la Battue ; la présence d'une voie romaine ; la jonction envisageable avec la commune d'Oron (bois du Chaney).

  • La commune n’estime pas envisageable le VTT sur les bords de la Broye.

  • La commune serait favorable à l’aménagement d’une signalétique d’information et de présentation du site, comme de places aménagées. Toutefois, il n'y a pas pour l’instant de budget à cet effet. Palézieux s'inscrit dans une région en quête d'identité, dans un district voué à disparaître, d'où une image forte à trouver, dans un esprit de tourisme doux.

  • Une agriculture soumise aux "prestations écologiques requises" (PER) sur les berges.

  • L’amélioration de la rétention ou de l’infiltration en amont. Le plan général d'évacuation des eaux (PGEE) est étudié par le bureau Monnard à Châtel-Saint-Denis. A travers ce bureau d'ingénierie, une collaboration régionale existe entre les communes concernées (participation financière de chacune).

  • L'entreprise pharmaceutique Robapharm SA, représentant le seul risque majeur au niveau des pollutions, est cependant très attentive au traitement de ses eaux (dégraissage à l'acétone, elle-même récupérée). Le SESA a organisé le cadastre Hydrostep des pollutions potentielles. Analyses chaque année.

  • Si la Broye elle-même est propriété de l'État, les parcelles riveraines appartiennent tantôt à la commune, tantôt à divers propriétaires privés.

Améliorer et valoriser dans la mesure du possible l'infrastructure pédestre et le potentiel écologique de la commune de Palézieux, mettre en avant ses spécificités, qui passent le plus souvent inaperçues aux yeux du passant pressé, serait l'occasion d'amorcer une dynamique de tourisme vert dans une commune, voire même une région, peu visitée bien que proche de grands pôles urbains (Lausanne, Vevey – Montreux, Moudon).
« Dans l’opuscule, M. Bovey nous décrit alors quelques objectifs, principes et mesures pour cette commune vaudoise riveraine de la Broye. Il s’agit de lieux de promenades, des mesures éco-touristiques et d’un avant-projet technique d’aménagement piscicole axés autour de cette rivière. »

Le Martinet sur le territoire de la commune de Palézieux
 


« Comme dans la plus grande partie des études menées dans le cadre d’Eau 21 des interviews ont été réalisées. Maximilien Bovey s’est donc entretenu avec deux personnalités concernées de très près par la Broye et dont quelques questions et réponses ont été retenues ci-dessous : »

Le 1er décembre 2005 nous avons rencontré à Payerne Pascal Rapin, chef du secteur 2 de la division économique hydraulique du SESA, qui a bien voulu nous expliquer ses responsabilités en tant que voyer des eaux.

 

   Pascal Rapin et Maximilien Bovey

Vous collaborez avec différents partenaires (inspecteurs forestiers, usagers du domaine public, gendarmes, associations, voirie, inspecteurs de la pêche, …). Comment se passe cette collaboration, existe-t-il des litiges ?

En ce qui concerne la gestion des cours d'eau, il n'y a pas à proprement parler de litiges mais plutôt des discussions. Ces cours d'eau sont eux-mêmes distingués selon deux catégories : la première concerne ceux qui sont corrigés, entièrement à charge d'entretien de l'État, pour lesquels nous disposons d'équipes de cantonniers et d'un budget ; la deuxième catégorie, les cours d'eau non corrigés, est sous surveillance et à charge d'entretien des communes. Néanmoins, le canton reste cependant le principal organe de surveillance des travaux en cas d'intervention en rivière. Nous discutons des travaux à entreprendre, donnons les autorisations et versons les subventions. La collaboration avec les communes est plutôt bonne du moment que les subventions dont elles bénéficient sont généralement bien accueillies !

Quels sont vos rapports avec les agriculteurs, parmi les principaux usagers riverains de la Broye ?

Relativement bons, ce qui n’exclut pas quelquefois certaines confrontations avec des agriculteurs peu soucieux des normes ! Il y a quatre ou cinq ans, nous avions dû intervenir avec les gendarmes et séquestrer une pompe suite à des prélèvements illicites… Parfois j'ai dû personnellement accompagner le garde-pêche pour certaines interventions. Néanmoins, ces incidents relèvent souvent d’une simple ignorance des lois en matière de protection des eaux.

Confluence avec la Petite Glâne

L'impatiente glanduleuse, plante exotique invasive, est très représentée sur une grande partie des berges broyardes. Dans une moindre mesure, la renouée du Japon et le solidage du Canada. Qu'en est-il actuellement sur le canton de Vaud ? Y a-t-il une volonté d'éradiquer ces espèces ?

C'est pratiquement impossible, d'autant plus qu'il y a chaque année une grosse charge de graines dans le terrain. A ce propos, 2005, troisième année sèche de suite, aura été particulièrement faste ! Le faible enracinement de ces plantes fait qu'elles sont facilement arrachées lors de crues. Or, comme nous n'avons plus eu de crue depuis trois ans, cela explique les grandes colonies observées cet été. Malgré une coupe avant la floraison, on retrouve ces plantes l'année suivante. Actuellement, un cantonnier prend à cœur de s'occuper de l'entretien des berges touchées par ces espèces. Ces plantes très hautes étouffent les autres espèces d'une part. D'autre part, elles disparaissent totalement l'hiver et laissent les berges à nu, alors plus facilement sujettes à l'érosion. Même un reboisement ne l'éradiquerait pas complètement ; elle pousse même parmi les saules présents sur certaines rives de la Broye !


Comment gérez-vous le fauchage des berges ?


Concernant la végétation des berges en général, nous fauchons en principe à partir du 15 juin, selon les normes fédérales. Le foin est en fait récolté par les agriculteurs auxquels nous louons des parcelles, déclarées comme surfaces de production intégrée (PI). Pour certaines zones d'intérêt botanique, notamment la région de Lucens, riche en orchidées, nous demandons aux paysans de ne pas faucher avant le 15 juillet. Ainsi, certaines négociations peuvent se faire au niveau de l'entretien des rives. Ces prairies à orchidées sont maigres car tout apport d'engrais est interdit à proximité d'un cours d'eau. En outre, l'exportation de la litière renforce cette pauvreté en nutriments.


Comment jugez-vous la qualité de l'eau de la Broye ?


Assez inquiétante. Depuis 1921, nous n'avons jamais eu aussi peu d'eau dans la Broye au mois de novembre. Presque comme 2003, année très sèche, nous accusons un fort déficit. 2004 fut une année de léger déficit. Sur ces trois ans, il manque à peu près une année de précipitations. Par ailleurs, il faut noter que plus la quantité d'eau est faible, plus la concentration en polluants est élevée.


Estimez-vous que la Broye, en tant que rivière, reçoit toute l'attention nécessaire des collectivités locales ?


Oui, je dirais que les collectivités y sont plutôt sensibles, du moins en ce qui concerne l’aspect touristique que représente la Broye. Certaines rives sont du reste très fréquentées (vélo, tourisme pédestre).


Depuis 1995, il existe à l'Ecole d'ingénieurs de Lullier (GE) une formation d’ingénieur en gestion de la nature. Pensez-vous que cette nouvelle profession est pertinente, face aux besoins d’aujourd’hui ?


Je pense que c’est une très bonne formation. Je connais personnellement quelques personnes issues de cette école qui n’ont toujours pas trouvé de travail ou alors seulement des mandats temporaires. Il y a visiblement peu de débouchés, d'autant plus qu'aucun crédit n'est actuellement débloqué par les communes ou les cantons en vue de créer de nouveaux postes. Pourtant, cette formation pourrait être utile à l’administration. S’il y avait idéalement la possibilité d’engager des personnes issues de l'HES de Lullier, nous leur confierions des tâches similaires à celle de chef de secteur ou d’adjoint.


Y a-t-il eu des suppressions de postes importantes au sein de votre administration ?


Dans tout le service des eaux, trois unités ont été supprimées sur une centaine de personnes. Il faudrait diminuer les standards d’entretien ou rendre des tronçons corrigés à charge d’entretien des communes pour réduire encore le personnel au niveau des cantonniers, ce qui n'est heureusement pas prévu. Avant la mécanisation, il y avait le même nombre de cantonniers qu’aujourd’hui, seulement la quantité de travail a augmenté. Par exemple, les cours d’eau remis à ciel ouvert ont été considérés comme corrigés et mis à la charge du canton. 


Après avoir rencontré le responsable vaudois pour la Broye, nous avons souhaité connaître le point de vue fribourgeois en matière de gestion de cours d'eau. C'est la raison pour laquelle nous avons contacté Olivier Overney, chef de la Section lacs et cours d’eau du Service des ponts et chaussées de l’Etat de Fribourg, qui a bien voulu nous recevoir le 7 décembre 2005 dans ses bureaux à Givisiez.

Pourriez-vous nous préciser quelles sont les différentes activités de la Section lacs et cours d'eau ?

La première et principale tâche de notre section est l'aménagement des cours d'eau, la protection contre les crues et la revitalisation. Dans le canton de Fribourg, ce sont les communes qui agissent comme maître d'ouvrage, soit directement, soit par l'entremise d’entreprises d'endiguement. Nous sommes l'organe qui conseille et prépare les demandes de subvention. Ensuite, nous nous occupons de tout ce qui touche aux débits résiduels des divers cours d'eau. Notre organisme traite également de la gestion du domaine public des eaux. L'État, en tant que propriétaire, est impliqué dans les concessions et les autorisations de prélèvement des eaux de surface. Nous délivrons des préavis dans le cadre des demandes de permis de construire en matière de police des eaux. La section emploie quatre ingénieurs, trois dessinateurs (pour un équivalent de postes à plein-temps de 240%), deux secrétaires (pour un équivalent de 150%).

Y a-t-il eu des événements de crue catastrophique dans le canton de Fribourg cet été 2005, comme ceux que l’Aar a connus ?


La Broye nous a "déçus" sur ce point, la crue s'est avérée insuffisante pour déborder dans la zone d’inondation que nous avons créée à Villeneuve ! Par contre sur la Sarine et certains de ses affluents, il y a malheureusement eu des dégâts. Mais cela relevait davantage d'un sérieux avertissement que d'une crue destructrice, si l'on excepte deux secteurs. Il s'agit d’un événement d'un ou deux ordres de grandeur inférieurs à ce qui s'est produit en Suisse centrale.


Est-ce que votre canton y est préparé ?


Le canton de Fribourg a terminé une carte des dangers pour tout le périmètre préalpin. Ainsi, nous savons où sont les points faibles que nous sommes en train de corriger. Nous avons donc une bonne vision d'ensemble des différents problèmes à résoudre. Par contre, le temps que les mesures nécessaires soient mises en place, nous ne sommes pas à l'abri d'un événement de crue destructeur. Seulement, nous savons où il pourrait se produire. Faire quelque chose de concret sur le terrain est à l'évidence une affaire de temps.


Avez-vous pris des dispositions pour évacuer des habitants et éventuellement du cheptel des zones sensibles ?


Nous avons soumis la carte des dangers aux communes concernées. Sur cette base, il est clair qu'une prise de conscience du problème est nécessaire de la part des autorités locales. Après, c'est à elles de prendre les mesures idoines avec l’aide du canton.


Et les agriculteurs, est-ce une collaboration parfois complexe, comme dans la Broye vaudoise ?


Les agriculteurs représentent une partie des riverains auxquels nous avons à faire. Pour l'ensemble du canton de Fribourg, je ne dirais pas que la collaboration est difficile. Cependant, le contexte de la Broye est assez particulier : il s’agit d’une agriculture dite intensive. D'où une forte pression des cultures sur le cours d'eau et des besoins en eau accrus, qui se traduisent par de nombreux pompages. D’autres régions, comme la Gruyère, posent elles peu de problèmes à ce niveau. L'agriculture intensive, en tant que mode d'exploitation, est prise dans une spirale infernale. Concernant les grandes cultures de pomme de terre, ce n'est pas tant la quantité de tubercules qui est "dopée", mais le niveau de qualité. L'arrosage soutenu de ces pommes de terre a pour but d'obtenir des tubercules suffisamment longs et rectilignes pour faire des frites bien calibrées !

La Broye à Écublens (FR)

Comment percevez-vous la stratégie fédérale en matière de cours d'eau ?

Sur les principes, j'y suis favorable, car elle tend à donner une priorité aux moyens de prévention par la planification, pas seulement en matière de cours d'eau, mais dans tous les domaines des dangers naturels. Il est vrai que les bureaux d'ingénieurs ne sont pas très heureux de cette situation ; ils préféreraient réaliser directement des projets concrets, plutôt que de devoir agir sur des plans d'aménagements, des cartes de dangers et de définition d'espaces nécessaires à différents cours d'eau.


Ce n’est donc guère satisfaisant ?


Nous sommes loin du compte. En outre, il reste tentant à court terme de ne pas respecter ces stratégies, et de laisser construire n'importe où. Ceux qui devraient réagir à cette situation sont les établissements cantonaux d'assurance. Il faut toutefois admettre que le passage d’une stratégie de protection à une stratégie de prévention demande du temps et de l’énergie.


Et pour ce qui concerne le canton de Fribourg ?


J'ai l'impression que le canton de Fribourg a fait figure de "bon élève". Il est vrai qu'après l'événement pour le moins embarrassant de Falli Hölli le canton de Fribourg a dû revoir sa politique en matière de prévention.

Depuis 1995, il existe à l'Ecole d'ingénieurs de Lullier (GE) une formation d’ingénieur en gestion de la nature. Cette nouvelle profession est-elle pertinente, face aux besoins d’aujourd’hui ?

Je connais un peu cette formation puisque nous avons accueilli un stagiaire dans le cadre de son travail de diplôme (projet de revitalisation de cours d'eau). Je pense que c'est une bonne formation, mais le problème concerne le nombre d'étudiants qui sortent chaque année par rapport à l’offre du marché. S'il s'agit de quinze à vingt-cinq personnes à placer tous les ans dans l'arène romande, cela me semble très difficile, surtout dans le domaine de la gestion de la nature ! Il y a bien sûr des bureaux privés susceptibles d'être intéressés par ce genre de profil, mais le marché reste dans tous les cas exigu.


En guise de conclusion, comment voyez-vous l’avenir de la gestion des cours d'eau au niveau suisse et fribourgeois, tant en ce qui concerne la protection contre les crues que la conservation de la nature ?


Je pense que nous allons vers une amélioration. Nous sommes partis d'une situation quasi calamiteuse dans les années soixante, au niveau de la qualité des eaux. Des investissements ont été faits pour construire partout des stations d’épuration, un progrès énorme. Selon moi, le grand combat des prochaines années sera les questions d’espace, tant pour la protection contre les crues que pour la revitalisation. La perspective est moyennement bonne. L'agriculture perd du terrain, notamment dans les alpages au profit de la forêt, et en plaine vis-à-vis de la zone à bâtir. Alors acceptera-t-elle encore de perdre des surfaces au profit des cours d'eau ? Ce sera le grand enjeu de la planification des terrains. Cela dit, il n'est pas forcément nécessaire d'acheter des terrains contrairement à l'idée reçue. Tout peut se jouer lors de la mise en zone.

Le  pont autoroutier de Saint-Aubin (FR)
 


CONTENU :
68 pages A4, photos couleurs

COMMANDE :
Nos brochures sont à vendre. Merci de nous contacter.

Notre association ne poursuit aucun but lucratif.

Association Développement 21
Rue du Bugnon - 1375 Penthéréaz - Suisse
Tél  + 41 (0)21 881 22 39  -  E-mail  eau21@eau21.ch  -  Site  http://www.eau21.ch


©  Toute reproduction, même partielle, devra faire l'objet au préalable d'une demande écrite.
Décembre 2005
 


∧  Haut de la page  ∧