Accueil    │    Qui sommes-nous ?    │    Les études    │   Patrimoine au fil de l'Orbe 2010
 
 

 

MARIA CRISTINA MOLA

Milieux humides de la
Vallée de Joux :
autour de l'étang du Campe  
 

 

Milieux humides de la Vallée de Joux - "Autour de l'étang du Campe" - Maria Cristina MolaMaria Cristina Mola est passionnée par la diversité animale et végétale. Cette passion, elle souhaite la transmettre à tous, mais en particulier aux écoliers. Aussi, pendant des semaines elle a observé minutieusement les espèces vivant au bord de l’étang de Campe. Avec un filet elle a capturé des insectes et, à l’aide de son appareil photographique elle a patiemment saisi la variété des espèces environnantes. Par la suite, dans les locaux du Musée cantonal des sciences naturelles de Lausanne (auprès de qui elle a obtenu toutes les autorisations nécessaires), elle a pu répertorier le fruit de ses observations.
Ce second volet de l’étude est essentiellement consacré à la faune et à la flore de l’étang de Campe.

 Chaque espèce rencontrée a été analysé et répertorié dont la brochure est le reflet du résultat de ces travaux. Après un exemple de chaque catégorie nous mettons la liste des plantes, insectes, mollusques et oiseaux étudiés par l’auteur et qui se trouve en annexe de l’étude.

Etang du Campe en hiver

Etang du Campe en hiver


 Les plantes :

Millepertuis perforé

Famille des Hypéricacées

Millepertuis perforé
(Hypericum perforatum), le nom vient du grec « hypo » sous et « ereïkè » bruyère, car elles croissent souvent sous les bruyères. Les étamines sont regroupées en trois faisceaux. En général, les fleurs s’épanouissent tôt le matin ou la nuit. Elle n’est pas une plante  des lieux humides mais son hybride,
 le Millepertuis des étangs (Hypericum x desetangsi),  en est une.
 Ce dernier est le résultat de l’hybridation entre un Millepertuis perforé et un Millepertuis des montagnes (Hypericum montanum).
Comme il se doit pour un bon hybride, il présente des caractéristiques intermédiaires entre les deux parents ! C’est une plante que je trouve très intéressante. Les bourgeons floraux, pas encore complètement ouverts, peuvent être utilisés de deux façons :

En huile, laisser macérer les bourgeons floraux dans de l’huile d’olive et au soleil pendant un mois, comme par magie, l’huile se colorera de rouge. On la filtre et on peut garder l’huile d’Hypericum pendant des années. Elle peut être utilisée en cas d’inflammations, d’otites, de démangeaisons, de brûlures et comme désinfectant. Mais attention, ne jamais en mettre avant de s’exposer au soleil car elle rend la peau très sensible.

En teinture, laisser macérer les bourgeons floraux dans l’alcool à 40% pendant un mois. On filtre le tout et on peut garder la teinture pendant des années. On prend une pipette trois fois par jour si on souffre de dépression, même pour celle liée aux courtes journées de nos longs mois d’hiver.

 

Les espèces végétales de l’étang du Campe :

Genre

Espèce

Nom français

Famille

Calliergonella

cuspidata (Hedw.) Loeske

inexistant

Bryophytes

Climacium

dendroides (Hedw.) Web et Mohr

inexistant

Bryophytes

Filipendula

ulmaria (L.) Maximovicz

reine des prés ou spirée

Rosacées

Urtica

dioica Linné

ortie

Urticacées

Sanguisorba

officinalis Linné

pimprenelle officinale

Rosacées

Vicia

cracca Linné

vesce cracca

Fabacées

Briza

media Linné

brize intermédiaire

Poacées

Euphrasia

rostkoviana Hayne

casse-lunettes ou euphrasie de Rostkov

Scrofulariacées

Angelica

sylvestris Linné

angélique sauvage

Apiacées

Carex

rostrata Stokes

laiche à utricules contractés en bec

Cyperacées

Carex

flava s. str. Linné

laiche jaune

Cyperacées

Galium

uliginosum Linné

gaillet aquatique

Rubiacées

Lathyrus

pratensis Linné

gesse des près

Fabacées

Juncus

alpinoarticulatus Chaix

jonc des alpes

Joncacées

Carex

appropinquata Schumacher

laiche à épis rapprochés

Cyperacées

Galium

palustre Linné

gaillet des marais

Rubiacées

Polygonum

bistorta Linné

renouée bistorte

Polygonacées

Epilobium

palustre Linné

épilobe des marais

Onagracées

Epilobium

angustifolium Linné

épilobe à feuilles étroites ou herbe à chèvres

Onagracées

Phleum

rhaeticum (Humphries) Rauschert

fléole rhétique

Poacées

Lemna

minor Linné

petite lentille d’eau

Lemnacées

Equiseto

fluviatile Linné

prêle des eaux courantes

Equisetacées

Carex

hirta Linné

laiche hérissée

Cypéracées

Carex

lepidocarpa Tausch

laiche à utricules recourbés

Cypéracées

Utricularia

minor Linné

utriculaire

Lentibulariacées

Molinia

caerulea (Linné) Moench

molinie bleue

Poacées

Phragmatis

australis (Cavanilles) Steudel

roseau commun

Poacées

Cirsium

rivulare (Jacquin) Allioni

cirse des ruisseaux

Astéracées

Centaurea

j. jacea Linné

centaurée jacée

Astéracées

Rhinanthus

alectorolophus (Scopoli) Pollich

rhinanthe velu

Scrophulariacées

Phleum

pratense s. str. Linné

fléole des prés

Poacées

Deschampsia

caespitosa (Linné) P de Beauvois

canche gazonnante

Poacées

Cirsium

palustre (Linné) Scopoli

cirse des marais

Astéracées

Potentilla

erecta (Linné) Räuschel

potentille dressée

Rosacées

Dactylis

glomerata Linné

dactyle aggloméré

Poacées

Juncus

compressus Jacquin

jonc comprimé

Joncacées

Lotus

corniculatus Linné

lotier corniculé

Fabacées

Agrostis

stolonifera Linné

agrostide stolonifère

Poacées

Hypericum

perforatum Linné

millepertuis perforé

Hypericacées

Cerastium

b. brachypetalum Persoon

céraiste à pétales courts

Caryophyllacées

Carex

lasiocarpa Ehrhart

laiche à utricules velus

Cypéracées

Lolium

perenne Linné

ivraie vivace

Poacées

Caltha

palustris Linné

populage

Renonculacées

Plantago

m. major Linné

grand plantain

Plantaginacées

Sorbus

aucuparia Linné

sorbier des oiseleurs

Rosacées

Typha

latifolia Linné

massette à larges feuilles

Typhacées

Achillea

millefolium Linné

achillée millefeuille

Astéracées

Alchemilla

sp.

alchémille

Rosacées

Salix

pentandra Linné

saule laurier

Salicacées

Cirsium

arvense (Linné) Scapoli

cirse des champs

Astéracées

Galeopsis

tetrahit Linné

galéopsis tétrahit

Lamiacées

Lythrum

salicaria Linné

lythrum salicaire

Lythracées

Juncus

articulatus Linné

jonc articulé

Joncacées

Juncus

inflexus Linné

jonc courbé

Joncacées

Succisa

pratensis Moench

succise des prés

Dipsacacées

Betula

pendula Roth

bouleau pendant

Fagacées

Picea

abies (Linné) Karsten

épicéa

Pinacées

Linaria

vulgaris Miller

linaire vulgaire

Scrofulariacées

Geum

rivale Linné

benoîte des ruisseaux

Rosacées

Anthyllis

vulneraria Linné

anthyllide vulnéraire

Fabacées


Caloptéryx éclatant (caloptery splendens)

Les Caloptéryx splendens sont les plus grandes demoiselles. Leur corps et leurs ailes ont des reflets métalliques qui nous laissent bouche bée devant tant de beauté. Le ptérostigma est absent chez les mâles et est remplacé par une tache blanche chez la femelle (faux ptérostigma). 
L’extrémité de l’abdomen des mâles présente une tache colorée, présentée aux femelles pendant la parade en tant que signe de reconnaissance.
Notre espèce, Calopteryx splendens, est magnifique, j’étais extasiée par sa beauté dès le premier instant ! Je ne pensais pas trouver une libellule avec de si belles couleurs !
D’ailleurs, on peut prendre tout notre temps pour l’admirer, car elle passe de très longs moments à se reposer sur des brins d’herbe au bord de l’étang.
 Le mâle a un corps métallique bleu-vert et les ailes colorées de bleu. Cette coloration commence à peu près au niveau du nodus, ce qui permet de la distinguer du Calopteryx virgo qui, chez elle commence bien avant le nodus. La femelle a un corps vert métallique et les ailes sont claires, légèrement ambrées. Cette espèce se développe surtout sur les rivières à courant lent et les canaux.

Classe des insectes :

Genre

Espèce

Nom français

Ordre

Sous-ordre

Famille

Coenagrion

puella Linné

Agrion jouvencelle

Odonates

Zygoptères

Coenagrionidae

Enallagma

cyathigerum Charpentier

Agrion porte-coupe

Odonates

Zygoptères

Coenagrionidae

Ischnura

elegans Vander Linden

Agrion élégant

Odonates

Zygoptères

Coenagrionidae

Calopteryx

splendens Harris

Caloptérix éclatant

Odonates

Zygoptères

Calopterygidae

Somatochlora

metallica Vander Linden

Cordulie métallique

Odonates

Anisoptères

Corduliidae

Libellula

quadrimaculata Linné

Libellule à 4 taches

Odonates

Anisoptères

Libellulidae

Sympetrum

striolatum Charpentier

Sympétrum strié

Odonates

Anisoptères

Libellulidae

Aeshna

sp.

Aeshne

Odonates

Anisoptères

Aeshnidae

Pyrrhosoma

nymphula Sulzer

Petite nymphe au corps de feu

Odonates

Zygoptères

Coenagrionidae

Libellula

depressa

Libellule déprimée

Odonates

Anisoptères

Libellulidae

Ranatra

linearis Linné

Ranâtre

Hémiptères

Hétéroptères

Nepomorpha

Notonecta

maculata Fabricius

 

Hémiptères

Hétéroptères

Nepomorpha

Gerris

lacustris Linné

 

Hémiptères

Hétéroptères

Gerromorpha

Naucoris

maculatus

 

Hémiptères

Hétéroptères

Nepomorpha

Nepa

cinerea Linné

Nèpe

Hémiptères

Hétéroptères

Nepomorpha

Cloeon

dipterum

 

Ephéménoptères

 

 

Helophorus

aquaticus Linné

 

Coléoptères

 

Hydrophilidae

Cymbiodita

marginella

 

Coléoptères

 

Hydrophilidae

Stenelmis

sp.

 

Coléoptères

 

Elmidae

Phryganea

sp.

Phrygane

Trichoptères

 

Phryganeidae

J’ai trouvé un étui appartenant à un Trichoptère faisant partie de la famille des Limnephilidae


Classe des Gastéropodes :

Les Gastéropodes d’eau douce sont herbivores ou détritivores mais jamais prédateurs. Parfois, ils se nourrissent d’animaux morts. Au Campe, parmi les Gastéropodes, j’ai trouvé les espèces suivantes qui sont toutes des Pulmonés : Lymnaea stagnalis, Stagnicola corvus, Planorbis carinatus, Succinea putris et Cecilioides veneta.
 


Classe de oiseaux :

Sittelle torchepot copyright Pietro SpadoniLa sittelle torchepot (Sitta europaea), cet oiseau est simplement magnifique ! Le dessus de son corps est bleu gris, le dessous a une couleur rouille (surtout chez les mâles). En plus, une belle bande noire traverse ses yeux et longe son cou, qui ne se dégage pas vraiment du reste du corps, donnant à l’oiseau un air trapu. 
Ils nichent dans les trous des arbres, le trou est modelé avec de la boue jusqu’à obtenir une taille comparable à celle de l’oiseau. Avec sa salive, la femelle pétrit des morceaux de boue et d’argile qu’elle dispose autour de l’ouverture d’un vieux nid de pic ou d’une autre cavité
La concurrence avec d’autres espèces cavernicoles est parfois très vive. La sittelle est le grimpeur le plus étonnant de nos forêts. Elle progresse à petits bonds, accrochée à l’écorce des arbres, ayant souvent la tête en bas. Elle ne s’aide pas de sa queue, comme c’est le cas pour les pics, mais grâce à la forte musculature de ses pattes et à ses griffes acérées. Elle n’aime pas les conifères et c’est pour cela qu’elle est rare en altitude. Son régime alimentaire est constitué de graines à enveloppe coriace, dures à casser. Il lui a fallu trouver une astuce pour pouvoir atteindre la graine riche en énergie…, la sittelle cale son butin dans une fourche d’arbre, ou dans une fissure, et martèle les graines avec de grands coups de bec. Elle fait des réserves de nourriture mais, heureusement pour les plantes, la sittelle oublie souvent où elle a caché ses provisions…, des graines peuvent ainsi germer au printemps dans des endroits les plus inattendus ! C’est une espèce très sédentaire passant la mauvaise saison sur le territoire de nidification, même en altitude, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y ait jamais de migration. Lorsqu’elles migrent, elles le font généralement avec une bande de mésanges !

 Les oiseaux de l’étang du Campe :
 

Genre

Espèce

Nom français

Famille

Ardea

cinerea

héron cendré

Ardeidae

Aythya

fuligula

fuligule morillon

Anatidae

Parus

major

mésange charbonnière

Paridae

Parus

palustris

mésange nonnette

Paridae

Parus

caeruleus

mésange bleue

Paridae

Parus

ater

mésange noire

Paridae

Carduelis

carduelis

chardonneret élégant

Fringillidae

Regulus

sp.

roitelet

Sylviidae

Sitta

europaea

sittelle torchepot

Sittidae

Delichon

urbica

hirondelle de fenêtre

Hirundinidae

Phylloscopus

trochilus

pouillot fitis

Sylviidae

Pica

pica

pie bavarde

Corvidae

Hippolais

icterina

hypolaïs ictérine

Sylviidae

Sylvia

borin

fauvette des jardins

Sylviidae


L'Etang du Campe en été

Etang du Campe en été


Nous terminerons avec cette belle conclusion de l’auteur :

Après avoir lu ce rapport et celui que j’ai consacré à la Découverte de milieux humides de la Vallée de Joux, je compte qu’ils vous seront utiles pour apprendre de nouvelles choses et qu’ils vous auront rapproché encore plus de la nature !

Les lieux humides sont très rares de nos jours, j’espère que vous les respecterez et les apprécierez mieux qu’auparavant. Malheureusement, la majorité d’entre nous n’a pas eu la chance de voir la vraie nature que les lieux humides et les tourbières étaient vraiment… Ce « vrai » patrimoine a été perdu pour toujours.

On ne peut qu’apprécier le peu qui nous reste et essayer de le faire perdurer.

Au bord de l'étang du Campe


Pour terminer , disons quelques mots sur l’auteur :

Maria Cristina Mola est née en Suisse en 1977, mais ses origines sont italiennes. Sa passion pour la biologie et la nature s’est développée en 1996, à la fin de ses études lycéennes, lors d’un cours de quatre mois de biologie. Son professeur de sciences a réussi, en ce laps de temps, à lui transmettre cette passion ! En 1997 elle s’est inscrite à l’Université de Lausanne pour étudier la biologie et après sa licence, a obtenu en 2003 un Master en environnement à l’Ecole Polytechnique de Lausanne. Sa passion pour la nature l’a amenée à faire plusieurs stages à l’étranger. Elle voit son futur partagé entre la Suisse et les pays en voie de développement ; son souhait est de les aider à améliorer leur situation sanitaire et environnementale.


CONTENU :
72 pages, photos couleurs

COMMANDE :
Nos brochures sont à vendre. Merci de nous contacter.

Notre association ne poursuit aucun but lucratif.

Association Développement 21
Rue du Bugnon - 1375 Penthéréaz - Suisse
Tél  + 41 (0)21 881 22 39  -  E-mail  eau21@eau21.ch  -  Site  http://www.eau21.ch


©  Toute reproduction, même partielle, devra faire l'objet au préalable d'une demande écrite.
Avril 2007
 


∧  Haut de la page  ∧